house1864La vieille maison d'assemblée Quaker et son cimetière se trouvent dans le village de Congénies, dans le Languedoc (sud de la France), à une vingtaine de kilomètres de Nîmes et de Montpellier.

Congénies fut, au XVIIIème siècle, le berceau d'un groupe de libre-penseurs religieux qu'on appela "les inspirés". Leur non-conformisime etait alors une position religieuse importante dans les environs de Nîmes. Apres avoir établi des contacts avec l'Assemblée de Londres, ils fondèrent la première Assemblée quaker de France.

graveAu début du XIXème siècle, l'Assemblée connut une croissance et un développement rapides. Puis vinrent des temps de conscription massive, quelques soixante années plus tard, qui provoquèrent un déclin marqué, suite à l'émigration des hommes tous pacifistes et en âge de servir, jeunes pour la plupart. La maison d'assemblée fut vendue.

Construite en 1822, la Maison Quaker fut un lieu de recueillement pendant bien des années. Aujourd'hui, la Maison Quaker de Congénies retrouve ses racines en redevenant une maison d'assemblée quaker, servant à la fois la communauté locale et internationale.

Historique
Dès les débuts du 17ème siècle, Congénies et les villages environnants réunissaient une communauté d'hommes et de femmes pacifistes localement désignés du nom de "Couflaïres" (Inspirés). Ils élevaient des moutons et des vers à soie, produisant de la laine et de la soie dans la Vaunage, cette fertile vallée ensoleillée entre Nîmes et Montpellier, qu'on appelait alors "le petit Canaan, pays de lait et miel".

placeAu cours de la révolution américaine de 1775-1783, la monarchie britannique encouragea les vaisseaux anglais à attaquer tous les navires français qu'ils pourraient trouver, car la France soutenait la cause des colons d'Amérique. Un quaker britannique, Joseph Fox (sans lien de parenté avec George Fox) était alors co-propriétaire de trois navires. Sans l'en informer, ses associés équipèrent ces bâtiments et s'enrichirent en les lançant comme corsaires contre les navires français.

Lorsqu'il eut vent de l'affaire, Fox fut consterné. En 1785, il fit publier une annonce dans la Gazette de France, dans laquelle il expliqua que les Quakers n'approuvaient pas la piraterie. L'annonce décrivait en détail les coutumes et croyances de la Société religieuse des Amis, et se concluait par un appel invitant toutes les victimes de ses trois bâtiments à se faire connaître, afin de recevoir réparation pour les actes commis.

La Gazette de France fut lue à Congénies, et cinq personnes parmi les "Inspirés" écrivirent à Joseph Fox. Dans leur lettre, ils expliquèrent qu'ils n'avaient rien à réclamer concernant les navires, mais qu'ils étaient impressionnés par les principes quakers (qu'ils partageaient totalement) et qu'ils souhaitaient le rencontrer. Ils envoyèrent ensuite Jean de Marsillac visiter des Amis à Londres. En 1788, ils fondaient la première Assemblée quaker de France.

La maison d'assemblée de Congénies fut construite, à l'aide de fonds fournis par les Amis anglais et américains. L'Assemblée compta jusqu'à 200 familles nombreuses, sur une vaste région, tout au long du 19ème siècle. Puis elle déclina, après le départ de ses jeunes hommes, obligés de s'expatrier pour éviter le service militaire obligatoire.

Le dernier culte eut lieu en 1905. La maison fut ensuite vendue, en 1907. Elle fut utilisée de façons variés au début du 20ème siècle, avant d'être renommée villa Quaker et convertie en résidence privée par des Quakers, retraités du consulat britannique à Marseille. Par la suite, vendue deux fois mais toujours à des Quakers, la maison fut achetée en 2003 par l'Assemblée de France. La Maison Quaker a réouvert ses portes en 2004 pour des réunions de recueillement, et depuis automne 2007 le Centre Quaker y organise des retraits, des ateliers, des groupes de discussion.


houseQuakers en France aux 20ème et 21ème siècles
Depuis ses origines rurales vieilles de 200 ans, le mouvement quaker s'est re-développé en France sur une base plus internationale, s'orientant vers le service et l'action pour la paix.

1919: Le Centre international (CQI) de Paris put s'édifier grâce aux Amis provenant d'Angleterre et des États-Unis. – le nombre d'Amis français s'éleva progressivement.

1933: La France dispose d'une Assemblée annuelle indépendante. Les Amis locaux oeuvrent avec des Quakers allemands pour organiser des secours et distribuer des fonds aux réfugiés allemands.

1937: Les Amis français répondent à un appel les invitant à venir en aide à des enfants réfugiés espagnols. Un camp de réfugiés fut mis en place entièrement par les Amis français.

1939-1945: Des Quakers de toute la France, avec ceux de Paris, viennent en aide à des réfugiés juifs. En tant qu'opposants à la guerre, ils travaillèrent dans les infirmeries et les cuisines ou comme brancardiers. Le commandement allemand accepta qu'ils portent secours aux prisonniers de la prison de Bordeaux. Gilbert Lesage se vit plus tard attribuer la médaille des Justes par Israël, pour avoir durant la guerre sauvé des juifs, en particulier des enfants.

Les Quakers de France soutiennent des initiatives pour la paix, s'impliquent dans le développement de la non-violence et font campagne contre le commerce des armes.

Adresse

Maison Quaker
11 avenue des Quakers
30111 Congénies
France

 

Contact renseignements

Françoise Tomlin
+33 (0)4 66 35 27 16
MAIL

Pour réserver :

Veuillez contacter les Amis résidants au
centre.quaker.congenies@gmail.com
+33 (0)4 66 71 46 41

Secrétaire du groupe Languedocien

Eric Sonié
+33 (0)4 67 44 26 78